Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Cierge et temps pascal

Au coeur de notre foi au Christ Ressuscité

 

 

Le cierge pascal et la "bienheureuse cinquantaine"

 
La "bienheureuse cinquantaine" dès le IIème siècle, a été considérée comme une grande fête célébrant un même mystère sous des aspects différents. Le cierge pascal est de mieux en mieux reconnu comme le symbole qui accompagne cette belle et longue fête.
Durant le temps pascal, il reste dans le chœur, il est allumé à chaque messe, son pied est décoré, fleuri, comme un des signes de la présence du Christ. La réforme de Vatican II nous demande de garder ce cierge jusqu'à la Pentecôte alors qu'avant le concile, nous devions l'éteindre après l'Evangile de l'Ascension pour signifier le départ du Christ et sa glorification à la droite du Père.
 
Pourquoi ce changement ?
 
Depuis le VIIème siècle l'unité du mystère des "cinquante jours" avait été rompue et on célébrait la solennité de la Pentecôte comme l'anniversaire de la descente de l'Esprit Saint; elle était devenue une fête en soi, dotée d'une octave et elle n'avait plus de rapport unitaire et vital avec le mystère pascal.
 
La réforme de Vatican II a rendu son unité au "mystère des cinquante jours", la fête de la Pentecôte et celle de l'Ascension deviennent inséparables de la fête de Pâques. l'Ascension est l'inauguration de la royauté universelle du Christ et "la révélation du mystère pascal s'accomplit avec le jour de la Pentecôte". Le missel de Paul VI a redonné sa signification théologique authentique à tout le temps pascal et à chacune des fêtes de ce temps.
 
Il convient alors que la pastorale liturgique mette en valeur cette unité retrouvée. La manière d'honorer le cierge pascal peut nous y aider. Après la messe de la Pentecôte, il est recommandé de le retirer du choeur de nos églises. Le "missel du Dimanche" conseille même d'organiser, à la fin de la messe de Pentecôte, une petite procession qui conduise jusqu'aux fonts baptismaux ce cierge qui présidera désormais à tous les baptêmes et à toutes les célébrations des funérailles.
 
Père Jean Dubreucq

Article publié par Yannick Lemaire • Publié Mercredi 24 octobre 2007 • 8303 visites

Haut de page